Ouvrir une franchise à l'étranger : 5 erreurs à ne pas commettre

Nos experts déjouent les pièges à éviter à l'export

Développer sa franchise à l'international est un rêve pour nombre de franchiseurs. Quand on est témoin du succès de certains réseaux dans les pays frontaliers comme à l'autre bout du monde, on est en droit de rêver. Rencontrer le succès à l'étranger est possible pour les franchiseurs de tous les secteurs, à condition d'éviter certaines quelques erreurs.

1. Se développer trop tôt

Début 2014, presque un tiers des franchiseurs étaient déjà implantées à l'étranger. Devant un tel succès, la tentation est grande pour une enseigne de se précipiter pour occuper les marchés avant ses concurrents. D'ailleurs, 30 % des franchiseurs envisageraient de le faire sous un ou deux ans. Or, se lancer à l'international alors qu'on n'a qu'un réseau de moins de dix unités est extrêmement risqué. D'une part parce qu'on dispose d'un concept qui n'a pas subi l'épreuve du temps, et d'autre part parce qu'on a encore des choses à apprendre dans le cadre de son métier de franchiseur. Confier l'exportation du concept à un master-franchisé est une chose, mais il faut être sûr de savoir ce qu'on veut. Mieux vaut attendre d'avoir pris de l'expérience.

2. Ne pas bien faire ses devoirs

Trop d'enseignes se lancent en master-franchise sans préparation ou connaissance du marché, sans connaissance des réglementations, des aspects juridiques, financiers, fiscaux et logistiques ou encore sans se renseigner sur les taxes et les réglementations douanières. Tous ces aspects réglementaires sont primordiaux pour s'éviter des mauvaises surprises, dont certaines peuvent coûter très cher.

3. Diluer sa marque

Pour une master-franchise, l'adaptation d'un concept aux goûts et aux attentes du marché visé est primordial. Certaines enseignes rencontrent le succès à l'étranger en changeant le nom de leur marque, leurs couleurs et leur message. Mais suivre cette route équivaut à développer un concept différent, ce qui peut être dommageable à la maison mère sur le long terme.

4. Sous-estimer les différences culturelles

Malheureusement, beaucoup de franchiseurs français oublient que la manière de travailler, les habitudes de consommation, etc. varient énormément d'un pays à l'autre. Voire d'une région à l'autre au sein des mêmes frontières. Certes, la " french touch " et la réputation des produits français peut faire la différence sur beaucoup de marchés nationaux. On pense aux domaines du luxe, de l'alimentaire et de l'ameublement par exemple. Cependant, il est trop facile d'imaginer que tout ce qui porte une étiquette bleu, blanc, rouge sera un succès immédiat. Ce n'est tout simplement pas le cas. Il est donc vital d'effectuer une étude de marché sérieuse, sur place, et de s'appuyer sur des compétences locales à toutes les étapes du processus d'export.

5. Négliger de protéger son produit

Si nouer des partenariats avec des sociétés locales est vital pour développer son réseau de franchises à l'étranger, il convient de se méfier. Dans certains pays, un concept peut être facilement (et rapidement) copié sans recours pour l'entreprise originale. Attention à bien protéger vos idées !

 

Derniers articles de la rubrique